Samedi 22 novembre 2014

Inscription Identification

Lentilles : Actus | De A à Z | Pour qui ? | Pour quoi ? | Les types de lentilles | Au quotidien | Budget | Marché

Pour qui ?

L'adolescence : le bon moment pour s’équiper

Que répondre à un(e) adolescent(e) qui veut à tout prix porter des lentilles ? Excellente idée, il n’y a pas d’âge pour les adopter. Seuls impératifs : de la motivation, du soin et de l’hygiène. Mais à en croire les ophtalmologistes spécialisés dans l’adaptation pour les moins de 25 ans, ces derniers n’en manquent pas.

“La valeur n’attend pas le nombre des années”
C’est une idée reçue qui a la vie dure : les enfants et adolescents ne peuvent pas s’équiper de lentilles. Détrompez-vous ! S’il est vrai que l’information passe souvent assez mal, il n’y a pas d’âge minimum pour porter des lentilles de contact. Il semble même que l’âge du premier équipement ne cesse de diminuer. Selon une enquête réalisée auprès de 127 ophtalmologistes en juin 2009 par Galileo, 42 % des porteurs de moins de 25 ans ont été équipés entre 13 et 16 ans.
Les raisons motivant le passage des lunettes aux lentilles sont variées : pour les garçons, la pratique du sport mais aussi la réticence à continuer à porter des lunettes (même lorsqu’elles étaient bien acceptées dans l’enfance) ; pour les filles, les exigences esthétiques dominent à partir de 13 ans. Il faut noter que ces dernières sont majoritaires parmi les jeunes qui ont choisi d’être équipés en lentilles de contact. Ainsi, 64 % des patients de moins de 25 ans interrogés dans le cadre de l’étude Galileo étaient des jeunes filles.

Une adaptation en toute sécurité
Comme à tout âge, la motivation doit être forte : ce type de correction impose de la discipline et le respect de règles d’hygiène élémentaires. “Mais ce n’est pas un frein, contrairement à ce que pensent les adultes. En règle générale, à la première consultation, je demande à mes patients adolescents de cacher leur œil avec la main. Un bon moyen de voir s’ils se les lavent régulièrement ou non. Ensuite je rappelle avec insistance les précautions à prendre et les règles à respecter”, déclare le Dr Adrien Sarfati, ophtalmologiste à Paris. Hygiène, pose et manipulation des lentilles sont des habitudes à prendre et ne posent pas de problème majeur, d’autant que l’adaptation est médicalisée. A condition toutefois de responsabiliser le jeune porteur : “C’est une sorte de contrat avec l’adolescent. Cela se passe toujours bien car il sait que si les règles sont respectées de son côté, je m’engage à trouver la meilleure solution pour l’adapter. Les réticences, en réalité, proviennent plus souvent des parents qui ont eu autrefois des lentilles et les ont abandonnées”, poursuit le Dr Sarfati. L’augmentation du nombre de porteurs âgés de moins de 25 ans et l’absence d’abandon confirment de toute façon que les lentilles sont un équipement qui convient particulièrement bien aux jeunes : "La médicalisation de l’adaptation est essentielle. Et si autant d’enfants et d’adolescents sont équipés de lentilles, c’est parce que les ophtalmologistes savent bien que cela se fait en toute sécurité”, déclare le Dr Florence Malet, de l’hôpital Pellegrin à Bordeaux.

Lentilles rigides ou ­souples en silicone hydrogel ?
Ce sont les deux types de lentilles prescrites pour les moins de 25 ans. Les lentilles rigides perméables à l’oxygène adaptent 51 % des moins de 12 ans. Elles se renouvellent dans un délai allant de un à deux ans et certaines peuvent être portées de jour comme de nuit. Les lentilles en silicone hydrogel sont davantage choisies pour les 17-25 ans. C’est à votre ophtalmologiste de sélectionner celles qui conviendront le mieux. "Pour les enfants, je préfère les rigides perméables à l’oxygène. Ce sont les plus sûres : elles sont moins pourvoyeuses de risques microbiens. De surcroît, à la moindre anomalie, le patient ressent une gêne, ce qui oblige à consulter et évite toute complication”, explique Marie-Noëlle George, ophtalmologiste en Loire-Atlantique.
Quoi qu’il en soit, pour une meilleure adaptation, il est important que l’adolescent se sente en confiance et donne le maximum d’informations sur ses besoins et son mode de vie à l’ophtalmologiste.

Partager :